Coronavirus fabriqué en laboratoire ? La thèse très contestée du Prix Nobel, Luc Montagnier

May 22, 2020 0 By JohnValbyNation

Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine en 2008, a déclaré que le virus du Covid-19 est un "travail de professionnel". Selon lui, il a été créé par des chercheurs chinois qui auraient voulu faire un vaccin contre le Sida. Des scientifiques réfutent ces hypothèses.

Sommaire

  1. Une étude indienne contestée par la communauté scientifique
  2. Des prises de position controversées 

D’après un Prix Nobel de médecine, le virus du Covid 19 a été fabriqué dans un laboratoire à Wuhan en Chine, à partir du virus du Sida. Le professeur Luc Montagnier, récompensé en 2008 pour sa participation à la découverte du virus responsable du

Sida, a affirmé dans un entretien au site Pourquoi Docteur puis sur le plateau de CNews que le Covid-19 était une fabrication humaine, et non pas d’origine animale.  “L’histoire du marché aux poissons (…) est une belle légende”, estime-t-il au cours de l’interview à

Pourquoi Docteur. Sur le plateau de

Cnews le 17 avril, il pointe du doigt “une manipulation sur ce virus” initialement présent chez la chauve-souris, “mais auquel on a ajouté par dessus des séquences du VIH”. “Ce n’est pas naturel, c’est un travail de professionnel, de biologiste moléculaire, d’horloger des séquences. Dans quel but ? Je ne sais pas (…). Une de mes hypothèses est qu’ils ont voulu faire un vaccin contre le Sida“.Une étude indienne contestée par la communauté scientifiqueDes affirmations à prendre avec beaucoup de précautions, notamment parce que le Pr. Luc Montagnier cite une

étude indienne publiée fin janvier sur un site de prépublications, dont les résultats sont contestés. Les auteurs sont des chercheurs de l’Indian Institute of Technology de New Delhi. Ils mentionnent “une similarité étrange” dans les séquences d’acides aminés d’une protéine du virus responsable du Covid 19 et celui du VIH-1.La conclusion de ces recherches “n’a pas de sens” déclare à l’AFP le virologue Etienne Simon-Lorière de l’Institut Pasteur à Paris. Pour lui, ces séquences “sont de tout petits éléments que l’on retrouve dans d’autres virus de la même famille, d’autres coronavirus dans la nature. Ce sont des morceaux du génome qui ressemblent en fait à plein de séquences dans le matériel génétique de bactéries, de virus et de plantes” explique-t-il. “Si on prend un mot dans un livre et que ce mot ressemble à celui d’un autre livre, peut-on dire que l’un a copié sur l’autre ? (…) C’est aberrant” estime Etienne Simon-Lorière. Par ailleurs, ce virus n’aurait pas les caractéristiques d’un virus artificiel : “cela ressemble beaucoup trop à quelque chose de naturel pour qu’il y ait un doute que ce soit quelque chose d’artificiel”. L’étude, vivement critiquée par la communauté scientifique, a été retirée par ses auteurs eux-mêmes, selon

Le Monde. Le site hébergeur de l’étude a d’ailleurs ajouté un bandeau depuis, rappelant que ces publications “ne devraient pas être considérées comme des conclusions, des conduites sanitaires, des guides cliniques, ou être reprises par la presse comme des informations acquises”. “L’étude des biomathématiciens indiens a été rapidement infirmée par d’autres travaux qui, en se penchant sur l’étude informatique du génome, ont prouvé qu’il n’y avait pas de séquence du VIH” a expliqué Anne Goffard, virologue et enseignante à la faculté de Pharmacie de Lille,

au Parisien. 

Des prises de position controversées Ce n’est pas la première fois que Luc Montagnier prend une position radicale. Il a déjà tenu des propos controversés au sein de la communauté scientifique. En 2005 il avait plaidé qu’un bon système immunitaire suffisait

pour se prémunir du VIH. En 2017, il avait pris position contre les vaccins obligatoires prescrits en France. Pour lui, cela revenait à “empoisonner petit à petit toute la population qui va nous succéder”. Il avait été rappelé à l’ordre dans une pétition par une

centaine d’académiciens des sciences et de médecine.Click Here: State of Origin Jerseys