Cannes 2015 – Je suis un soldat : Louise Bourgoin en “héroïne dardenienne” selon la presse

December 27, 2019 0 By JohnValbyNation

La critique a-t-elle été séduite par Louise Bourgoin et Jean-Hugues Anglade dans Je suis un soldat, premier long métrage de Laurent Larivière, sélectionné à Un Certain Regard. Découvrez notre revue de presse.

Toutes les news de Cannes 2015 !

En bref

Titre : Je suis un soldat

Réalisateur : Laurent Larivière

Acteurs : Louise Bourgoin, Jean-Hugues Anglade, Anne Benoit…
Date de sortie : prochainement
Sélection : Un Certain Regard

De quoi ça parle ?

Sandrine, trente ans, est obligée de retourner vivre chez sa mère à Roubaix. Sans emploi, elle accepte de travailler pour son oncle dans un chenil qui s’avère être la plaque tournante d’un trafic de chiens venus des pays de l’est. Elle acquiert rapidement autorité et respect dans ce milieu d’hommes et gagne l’argent qui manque à sa liberté. Mais parfois les bons soldats cessent d’obéir. 

La revue de presse

 Emmanuelle Spadacenta / CinemaTeaser : “Sandrine est une héroïne dardenienne : une beauté cachée sous des fringues dégueulasses, une douceur humaine mais surtout une force de caractère et une résilience qui en font un esprit indépendant. Thriller prolétaire, Je suis un soldat est, à l’image de son titre « sujet verbe complément », un film fonctionnel et pragmatique. Sans chichis, humble.” Voir la critique complète

 Christine Haas / Paris Match : “Laurent Larivière signe un film de crise âpre et noir dont la combattante est une Louise Bourgoin transformée en héroïne dardenienne.” Voir la critique complète

John Frosch / The Hollywood Reporter : “Une histoire extraordinaire coincée dans un film ordinaire” Voir la critique complète

Les bonnes raisons de voir le film selon la Rédac’

Louise Bourgoin impeccable, transfigurée et si instinctive dans ce rôle dur et doux de femme forte malmenée par la violence et la malhonnêteté du monde dans lequel elle tente de trouver sa place
La portée du film à la fois social (l’échec professionnel puis l’ascension illégale, le tout entaché de honte familiale) et intime (la survie et la rébellion individuelle), d’une grande force et d’une grande émotion
Les hommes du film, violents soumis ou amoureux, tous touchants à leur façon et pardonnables

La mise à nue successive d’un homme et d’une femme décidés à aller au-delà du vernis.

Les silences du film et les dialogues qui ne sont qu’essentiels sans fioriture

Le Festival de Cannes en vidéo Emissions d'Actu